Cibler les grosses perches au Micro Jig

La perche est le poisson présent dans la plupart de nos eaux françaises, partenaire de jeux incontournable, elle offre la possibilité d’utiliser un panel de techniques très large et sur toutes les couches d’eau. Peu farouches dans leurs jeunes années, cela se complique avec le temps. Les grosses perches se font forcément plus rares, plus difficiles mais aussi plus sédentaires et évoluent la plupart du temps avec des individus de taille similaire.

Une grosse perche qui a succombé à un jig

Faire suivre, à plusieurs reprises, une ou un banc de grosses perches en ne les cherchant pas ou en pêchant avec des leurres types « réaction » comme un crankbait, spinner, longbill, lipless etc sans réussir à les piquer est un cas d’école.

Les gros poissons étant souvent sédentaires, il est possible que vous les fassiez suivre plusieurs fois dans la même journée ou sur différentes sessions. Cela peut être sur un post très marqué comme des bateaux ou tout type de structures visibles mais aussi sur des linéaires apparemment sans caractéristiques particulières mais dont on ne peut soupçonner une cassure, un arbre immergé ou tout autre changement sur le fond. Quoi qu’il en soit, prendre ou faire suivre une belle perche sur un post en fera un post à prospecter en priorité car il est susceptible d’abriter une certaine concentration de poissons de belles tailles.

Mais comment déclencher ces poissons que l’on sait actifs car suiveurs et présents sur le post mais peu enclin à des attaques franches ?

L’approche :

Comme la plupart des pêches, un coup du matin ou du soir peut être plus qu’en votre faveur. Par expérience, un coup du matin avant toutes les agitations causées par les différents facteurs interagissant avec l’eau peut s’avérer encore plus payant. Les premiers lancers sont donc primordiaux, il sera essentiel d’avoir une approche discrète, de ne pas tergiverser et d’utiliser vos meilleurs armes aux meilleures zones du post.

La technique :

Le vif du sujet, dans un premier temps rappelons que pour la perche, l’up-sizing des leurres n’est clairement pas à privilégier. Au contraire, ici nous chercherons à pêcher « fin ». Les techniques d’actions rapides intéressent les poissons mais ne déclenchent pas d’attaques ? Nous chercherons à pêcher lentement alors.

Notre objectif va être de présenter le montage le plus imitatif possible pour susciter l’intérêt du poisson et suffisamment petit pour ne pas freiner la perche dans sa prise alimentaire (même si celles ci peuvent s’attaquer à des grosses proies bien entendu).

Pour cela, il y a un leurre ou plutôt un montage que vous devez absolument avoir dans vos boites si vous voulez mettre toutes les chances de votre coté pour déclencher de belles perches : « Le combo : Micro-Jig + Écrevisse/créature »

Jig + Créature

Simple, basique mais tellement subtil. Rentrons dans les détails de cette combinaison gagnante.

Tout d’abord le micro-jig, on parle bien de finess jig ultra compact, possédant un hameçon de petite taille (2 ou 3) et surtout fin de fer pour se piquer sans difficulté surtout si la touche n’est pas franche. Compris entre 1,8 et 5g environ et souvent munis d’une brosse anti-accros. La forme de la tête plombée peut être parfaitement ronde ou en forme de goutte d’eau. Les deux se valent tout à fait même si j’ai une préférence pour les formes gouttes d’eau quand le poids est supérieur à 3g car la plomb ou plutôt le tungstène commence à prendre légèrement en volume et une forme profilée se fond plus facilement avec le leurre. La qualité de la jupe est essentielle, il faut que celle ci prenne le maximum de volume et se mette en mouvement à chaque oscillation.

Jig + Ecrevisse

Certains micro-jig proposent des jupes avec des poils particulièrement longs, ici je n’en trouve pas l’utilité mais on parle de sensibilité là… Le choix de la couleur est aussi importante, l’objectif étant d’être le plus imitatif, on optera pour des couleurs marron/rouge/vert et leurs dérivés tout en sachant que l’on cherchera à matcher la couleur du jig à celle du « trai’leurre’ ». A savoir qu’il existe aussi des versions « Texan » ou des plombs balles avec des jupes, cela peut offrir des alternatives tout à fait intéressantes suivant les postes.

Certaines références de jig sortent clairement du lot :

Noike KemKem rubber jig, Keitech Guard Spin Jig et Mono Spin Jig, Evergreen C-4 jig, Daiwa Small Rubber jig SAQ SAS.

Pour les versions texanes regarder chez Tiemco, Noike par exemple.

Le trai’leurre :

S’il y a une proie qui est particulièrement appréciée et recherchée des percidés, c’est bien l’écrevisse. Notre choix de leurre se focalisera dessus même si au final par la taille et certaines formes on se rapprochera plus d’imitations d’insectes ou de larves. Hyper imitatifs ou plus conceptuels, les leurres écrevisses/créatures ont l’avantage d’être visuellement assimilables par le poisson comme une potentielle proie habituelle et presque universelle à tous les plans d’eau mais aussi par la façon dont va évoluer le leurre, proche du fond, avançant par tirées sèches ou grattant les sédiments comme le ferait naturellement une vrai écrevisse ou un insecte.

Superbe Perche en Streetfishing

La taille et le volume vont être primordial pour déclencher les poissons. Le jig et sa jupe prenant déjà un volume non négligeable, on optera pour des leurres plus petits que la moyenne. Par exemple en allant plus sur du 2inch (5cm) voir moins. Visuellement il est essentiel que les appendices ressortent bien de la jupe pour être identifiés par le poisson. Les appendices peuvent être nageant ou pas, dans notre approche on ne va pas demander à notre leurre de bouger beaucoup d’eau.

L’essentiel à retenir dans le choix du leurre c’est un matching entre le volume de celui ci et celui de la jupe.

Pour les couleurs, viser les mêmes que celles des jigs en essayant d’avoir toujours le leurre ressortant un peu plus visuellement que la jupe.

Pour les plus petits modèles (2inch) :

Le Yabby de chez Noike est une références en la matière ; Jackall Baby Dragon, Issei Bibibi bug, Keitech Crazy Flapper taille 2’8 inch, Reins AX Craw mini

Pour des tailles supérieurs :

O.S.P. Dolive Craw 3inch, Noike Mighty Mama/Donkey Boo

L’animation :

Comme souvent pour ce type de pêche, la première idée que vous devez vous faire c’est de savoir si vous avez pris contact avec le fond, chose pas forcément aisée en pêchant avec un jig de 2,5g ou moins dans 3m d’eau et peut être du courant par exemple. Une fois au fond, l’animation est relativement simple et frustrante… faites en le moins possible. Prenez contact avec votre jig, faites le frétiller par petites saccades sans le décoller, comme expliqué dans l’article sur le texas. Mais les phases les plus importantes seront les pauses/dead sticking, c’est à dire ne plus animer tout en gardant la ligne tendue pour essayer de détecter la touche. C’est durant cette phase de plusieurs secondes que se déroule la grande majorité des attaques et malheureusement elles sont bien souvent imperceptibles et se caractérisent par un poids qu’il ne faudra pas hésiter à sanctionner par un ferrage appuyé.

Si vous vous trouvez dans une configuration horizontale, où vous devez lancer loin devant vous, une animation différente peut s’offrir à vous. A la place des frétillements par micro coup de scion, vous pouvez faire glisser (sans le décoller) votre leurre sur le fond en ayant pour image mentale le déplacement par à coups d’une écrevisse essayant d’échapper à un prédateur. Toutefois, entre-couper ces animations par des longues pauses sera inévitable pour être le plus efficace.

Si vous êtes dans une situation « verticale », sur un quai par exemple, la première animation est la plus efficace en général, dans cette situation attention à être bien vigilant à la remontée de votre leurre et des poissons suiveurs. C’est pourquoi, il est conseillé de stopper net votre leurre dès qu’il vous est possible de le voir puis d’effectuer de micro animations pour déclencher un poisson suiveur qui pourrait se décider à la dernière seconde.

Matériel :

Une canne d’une puissance UL à ML et d’une longueur de 1m80 à 2m20, avec une action extra fast et une sensibilité extrême seront essentiels pour être le plus efficace pour une pêche au micro jig. Du fait du faible poids des leurres, on privilégiera un ensemble spinning mais rien n’empêche l’utilisation d’un ensemble BFS surtout si on pêche des milieux de façon « verticale ». Un corps de ligne en tresse fine (PE 0,6-0,8 voir moins) et un bas de ligne en fluoro‘ de 4lb permettront une meilleure discrétion et un contrôle optimum de votre leurre.

La pêche au micro jig avec trailer spécifique peut rebuter aux premiers abords par l’investissement qu’elle représente mais s’avère dans bien des cas comme l’une des seules solutions pour déclencher des poissons et des gros.

@poisson_paname & @raphaelangling

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.