Test Canne Casting Dobyns Savvy 735C

Bonjour à tous,

A la recherche d’une canne dédiée au brochet et satisfait de mes précédentes expériences, je jette a nouveau mon dévolu sur une Dobyns.

Je me suis tourné vers la 735C principalement pour :
– Sa plage de puissance, idéale pour les leurres que j’utilise majoritairement pour le brochet.
– Sa longueur, nécessaire à la prospection et au bon contrôle du leurre dans les vastes étendues que je pêche régulièrement.

Plusieurs personnes m’ont demandé mon ressenti, car intéressées par ce modèle. Je vais faire simple pour ce modeste retour (qui s’étend sur plus d’un an) en vous présentant un petit résumé de nos échanges.

100_3278

Les caractéristiques constructeur : 7’3’’ / 7g-42g / Xtra fast / Frog / Flipping-Pitching / Swimbait
Mon ressentie canne en main : Fast (voir regular fast) / 20-50g (grand max 60g) / poids 160g

100_3276

Ce pourquoi elle est faite :

Les shads et swimbaits en général. Sa taille permet de parfaitement les contrôler et son action assez douce est adaptée a des pêches linéaires. Divinators (35 et 55g), 4play 19cm et shads divers rythment son quotidien.
– Les frogs. Là encore sa taille est un avantage car permet de soustraire la bannière au cover et son action est assez permissive pour éviter les décroches a répetition inhérentes à ce type de pêche.
– Jig et heavy texan. Il y a plusieurs écoles pour cela : certains ne jure que par une action fast voir xtrafast et d’autre par des cannes d’action plus douce. La 735 se situe clairement dans la 2eme catégorie. A titre personnel, je lui préfère une canne à l’action plus sèche et l’utilise finalement très peu de cette manière.

Excelle avec les petits swimbaits
Excelle avec les petits swimbaits

Ce pourquoi elle n’est pas faite :

– Jerk. Taille et action pas adaptées. Animer correctement un B’freeze avec est un sacerdoce.
– Stickbait. Même combat que ci-dessus, pas faite pour des animations courtes et sèches.

Petit brochet ayant succomber à un Divinator 35g
Petit brochet ayant succomber à un Divinator 35g

J’ai (un peu) tester crancks et spinner avec, même si j’ai pour cela une canne fibre (la Champion 705CB). Elle est plutôt adaptée et permet d’économiser l’achat d’une canne spécifique pour les budgets serrés ou tout simplement pour ceux qui n’ont pas envie de traîner des fagots pas raisonnables. C’est assez étonnant pour une canne annoncée Xtrafast mais comme je l’ai stipulé plus haut il ne faut pas se fier à cette caractéristique qui parait relativement erronée. Un Fat CB SR ne posera aucun problème, un B-switcher 4.0 guère plus, au-delà on perdra en confort et il faudra se tourner vers du matériel plus adapté.

En conclusion :

Une action douce et permissive cachant une bonne réserve, une plage de puissance sous-estimée ainsi qu’une belle résonnance, sans doute à attribuer en partie à la conicité du blanck. Idéale pour les pêches linéaires ou nécessitant des animations amples. C’est un peu plus compliqué quand il faut twitcher/jerker ou plus généralement réaliser des micro animations.

100_3279

NB : A noter qu’elle trouve son équilibre avec un moulin de minimum 200g. Les poids plumes sont à proscrire pour les afficionados de combos parfaitement équilibrés. Ici je l’ai couplé à un Lews Tournamement speed spool.

Irlande ? Non, Gironde...
Irlande ? Non, Gironde…

Test Canne Casting Dobyns Champion 702C

Bonjour à tous,
A travers ces quelques lignes, je vais vous présenter un modèle de canne casting de la marque Dobyns, la champion 702 C.
Cahier des charges :
J’avais besoin d’une canne destinée à la pêche de la perche pour les grand lac du sud-ouest de la France, tout proche de chez moi. Il fallait qu’elle soit raisonnante et plutôt fast puisque j’avais l’intention d’utiliser principalement des lipless et des petits shads (certains diront que fast/raisonnant et lipless ne font pas bon ménages, perso je pense que c’est tout le contraire mais c’est pas le débat…), Cette canne devait aussi être assez longue pour pouvoir prospecter rapidement les grandes étendues d’eau que constituent ces lacs. Or de ce ce point de vue là ma Dark Angel ne me satisfaisait pas. Bien que très raisonnante et extra fast elle était bien trop courte avec ses 6’3’’ et ça a fini par m’user de forcer sur mes lancés.
Je me jete donc dans l’inconnu en commandant une Dobyns, porter par d’excellents retours sur le net.
Premières impressions :
 
C’est léger, sobre, la poignée splitée est en liège… Pas vraiment « fun » à première vue, juste une présentation propre et soignée. Elle à une identité, sans être exubérante. Après chacun la trouvera à son goût ou non. Pour moi c’est oui.
L’ensemble est soigné :
Bass fishing :
Je m’empresse de lui monter un moulin (Curado 51e) et l’emmène au bord de l’eau pour une session float. Je me force à n’emmener qu’elle afin de faire connaissance.
J’y fixe un wacky avec un worm 4’’. Je suis vite convaincu que c’est une excellente lanceuse, les distances atteinte me laisse songeur : je pêche avec du fluoro 26/100, qu’est-ce que ça pourrait donner avec de la tresse ?
Je touche rapidement un bass vaguement maillé qui me fera passé pour un gland :
« C’est correct Jé !… Ah non ça fait 30… »
La transmission des coups de tête rageurs de ce petit bass était excellente. Pas de doute le blanck raisonne et encore une fois je me demande ce que ça pourrait donner avec de la tresse…
Sur l’ultime touche de la journée je décide de forcer une peu le ferrage. N’ayant jamais eu de canne « US » et lobotomisé par les ferrages vu dans les épisodes de Major League Fishing je m’imagine que la canne va plier jusqu’au talon. Verdict je pète au ferrage… Mince les ricains font aussi des cannes fast ? Bon au moins ça m’a guéri de mes préjugés.
Bien que d’action moins rapide que ma Damiki je ne suis pas vraiment dépaysé non plus.
Ils annoncent fast et ça l’est.
J’ai par la suite beaucoup pêché en light texan avec. La sensibilité du blank et sa nervosité m’ont permis de sanctionner la moindre touche et de sortir des bass honnêtes d’un cover pas trop dense. Une bonne réserve donc pour cette canne qui permet de faire face à de jolis bass et à des broc corrects pourvu que le milieu ne soit pas trop encombré.
Bon, après il faut raison gardée, ce n’est pas un monstre de puissance, une M, même ricaine, reste une M.
A l’aise en light texan…
Elle s’accommode par ailleurs très bien de petits jerks et de topwater où son action fast sans être trique fait merveille :
… ainsi qu’avec de petits topwater.
En powerfishing :
Direction les grands lacs avec des leurres plus lourds et qui vibrent plus.
LV100… Ca passe, c’est même pas loin d’être idéal. Lame 10g… Même combat.TP 7/10g + shad 4’’… C’est excellent.
Ca devient de plus en plus bof bof au fur et a mesure qu’on monte en poids. On perd vraiment en confort au delà de 15g.
Les perches, des camarades de jeu taillées pour cette canne.
J’ai pu faire de nombreuses perches avec, ainsi que quelques sandres et du relativement costaud dans les deux catégories : Vous pourrez sans problème brider n’importe quel percidé.
Idéale pour les petits vibrations
Je n’ai d’ailleurs encore décroché que très peu de poisson. Elle amortie parfaitement les rush sur le 1er tiers du blank avant de révéler une vrai réserve par la suite.
Histoire de la pousser à bout j’ai testé un peu de cranck. Sur du SR c’est honnête, sur du MR c’est vite fatiguant. Mais bon, je ne l’ai pas prise pour ça alors je ne vais pas lui en vouloir de ne pas tout savoir faire ….
En revanche les spinner jusqu’à 3/8oz passent très bien.
Bref, top pour des leurres qui vibrent mais ne tirent pas.
Au final elle a un vrai côté versatile qui permet de lui passer une bonne gamme de leurre pourvu que l’on respecte sa plage de puissance. Elle est annoncée 5/10.5g et, même si cela semble légèrement sous-estimé, ils ne sont pas très loin de la vérité.
Point gris :
Je disais en début de test que j’achetais une 7’ pour pouvoir satelliser mes vibrations. Alors certe c’est une excellente lanceuse mais le bras de levier lors des lancés appuyés est pénalisé par le fait que la poignée est difficile a garder fermement maintenu au creux de la main.
Cette grosse rondelle de saucisson rend la prise en main quelque peu fastidieuse sur les lancers appuyés :
C’est joli… Mais petit ^^
On s’en accommode sans problème, mais ça reste une petite faute de goût selon moi.
Pendant plusieurs mois je n’ai pu tester la canne que dans des milieux restreints où le pitching était de mise (enfin le poutching en ce qui me concerne=> c’est pareil que le pitching mais en plus bruyant…) et je ne m’étais pas aperçu de cette faiblesse. Cependant quand on voit les conseils d’utilisation du constructeur (drop, shaking worm, jig => que des techniques ne nécessitant pas de longues distances de lancé) on se dit que finalement ce sont eux qui ont raison.
A noter qu’en cours d’année je suis passé à de la tresse (15/100). Distance de lancé, sensibilité accrue… Vraiment l’idéal pour pouvoir profiter à fond des performances et surtout de la résonnance de cette canne.
En bref :
Je sais que dans un milieu de spécialiste c’est un gros mot de dire ça mais on peut qualifier sans problème cette canne de polyvalente pour peu qu’on ne force pas trop le trait.
Topwater, Jerk, Shad, Vibration… Difficile de lui donner une technique de prédilection et vous pourrez passer une bonne partie de votre boîte en la trouvant à chaque fois aussi agréable.
Son action fast mais qui « rend » un peu à l’animation en pointe en fait un outil vraiment confortable.
Contrat remplie donc pour cette canne qui m’a permis de passer avec bonheur des rivières lentes à bass aux grands espaces des lacs aquitains pour la traque des belles zébrées.
Sans aucun doute le meilleur blanck de mon fagot ! Certe pas le moins cher pour être tout à fait honnête, mais pas le plus cher non plus ^^
Note sur ce test :
Il faut garder à l’esprit que je ne passe pas tous mes week-end sur l’eau et que mon avis, en plus d’être celui d’un amateur, sera nécessairement subjectif (bref c’est un avis quoi…) et biaisé par les conditions du moment (même si dans le cas présent le test s’étend sur une durée de plus de 6 mois).
Mon opinion vaut ce qu’elle vaut, c’est-à-dire moins que votre propre opinion, puisqu’au final, en ce qui concerne le matériel c’est la seule qui compte réellement.
Il est donc nécessaire d’appliquer à ce test les maximes inhérentes à la pêche et à son aspect imprévisible : Ca dépend / les goût et les couleurs / P’tet ben qu’oui p’tet ben qu’non…
Je pense m’être vacciné contre les post assassins là 😉
Krom
Testeur Leurre de la Pêche